Résultats de la recherche pour ' burma pays '

Lanna Action for Burma

untitled.bmp

BANGKOK – Des femmes de plusieurs pays ont commencé à envoyer leurs sous-vêtements à des ambassades de Birmanie pour protester contre la répression exercée par la junte militaire de ce pays à l’encontre de manifestants pro-démocratie.
« C’est un message extrêmement fort en Birmanie et pour toute la culture du Sud-Est asiatique », a déclaré Liz Hilton, qui soutient un mouvement qui a lancé cette semaine la campagne « Slips pour la paix ».
Selon ce mouvement, « Lanna Action for Burma », les généraux birmans, et particulièrement le chef de la junte Than Shwe, sont superstitieux et croient que tout contact avec des sous-vêtements féminins peut nuire à leur pouvoir.
Liz Hilton a affirmé que des femmes de Thaïlande, d’Australie, de Singapour, d’Angleterre et d’autres pays européens avaient commencé à envoyer des sous-vêtements à des ambassades de Birmanie.
« Vous pouvez poster ou remettre vos slips à l’ambassade birmane la plus proche n’importe quand à partir d’aujourd’hui », peut-on lire sur le site de « Lanna Action for Burma ». « Pour l’instant, nous n’avons pas eu de réponse des autorités birmanes », a déclaré Liz Hilton. AP

http://lannaactionforburma.blogspot.com/

Birmanie, la drogue et le clergé.

burma.bmp

Par Jean-jacques Annaud
J’ai parcouru la Birmanie à la recherche d’éventuels décors pour mon film « Deux Frères ». Il est très politiquement incorrect de le dire, mais comme toutes les dictatures, qu’elles soient du prolétariat, d’une junte ou d’un despote solitaire, le pays est un paradis pour le touriste. La première raison est qu’il n’y en a pas. Pas de spéculation immobilière non plus, pas d’enseignes publicitaires qui défigurent les villes, aucune insécurité non plus. Un voleur pris la main dans le sac est exécuté sur le champ m’a-t-on affirmé.J’avais été frappé par le calme apparent de ce pays banni, où il est très mal vu de se rendre. Plus encore que les militaires en patrouille, c’est l’armée omniprésente des moines en robe safran qui surprend. J’avais été étonné du luxe hallucinant des temples aux dômes couverts d’or. Il m’avait été soufflé que ce luxe, cet argent qui allait au clergé venait des caisses de la junte, qui achetait le calme en faisant profiter le clergé des ressources de la drogue. On se souvient bien sûr qu’avec l’Afganistan et la Colombie, la Birmanie est le grand producteur de ce produit tellement demandé par les consommateurs de l’Occident.

Le fait que les moines de base se révoltent, cassent le contrat, est alarmant pour les vieillards isolés qui tiennent le pouvoir. Mais la situation est plus complexe. La drogue est la seule économie, le seul export du pays. Les Seigneurs de guerre veillent au grain. Par quoi sera remplacée la culture du pavot? Par du maïs qui vaut 100 fois moins, comme on le fait de l’autre côté de la frontière, en Thailande voisine? La Thailande peut se le permettre avec son économie diversifiée, pas la Birmanie. Comment, sans la drogue, continuer à faire vivre ce clergé pléthorique? Une partie de la réponse git en sous-sol. Les hydrocarbures peuvent effectivement venir combler les caisses. Mais les exemples sont nombreux où le pétrole, comme au Tchad, enrichit un tout petit groupe de privilégiés qui placent leur dîme dans les banques occidentales, tandis que leur peuple s’enfonce dans la misère. Au moins, pensée ionoclaste, le pavot donne du travail aux peuples défavorisés de la montagne…



RESUME D'UNE VIE |
BLIDA ma ville natale |
Mission Quechua 2007 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | ALAIN BESSON SAINT MARTIN D...
| robertlutz
| DOMANIA